Publié le: 19 décembre 2023 Par: Journal Santé Environnement Commentaire: 0

L’Association ‘’LA VOIX DES CONSOMMATEURS’’, sous la houlette de son président Aubin ACCROMBESSI, a organisé ce mercredi 13 décembre 2023, un panel live interactive à Cotonou en marge de la Journée Mondiale des Toilettes, pour rappeler la nécessité d’avoir des toilettes sûres, propres et continuellement entretenues au Bénin.

Autour du thème «L’accès aux toilettes est un droit… Agissons maintenant!», les experts panelistes, Aurore EGOULETY, représentante de ‘’LA VOIX DES CONSOMMATEURS’’, Félix ADEGNIKA, membre du Cadre de Concertation des Acteurs non Etatiques pour l’Eau et l’Environnement (CANEA), et Léa TCHEDJI, experte à la Société de Gestion des Déchets et de la Salubrité (SGDS), ont, dans une approche participative avec les acteurs de la chaîne de l’hygiène et de l’assainissement, informé et sensibilisé sur l’obligation de disposer des latrines sûres et assainies, dans nos villes et en milieu rural.

L’objectif selon Félix ADEGNIKA du CANEA, est de rompre avec la contamination, les maladies de toutes sortes. Mme Egouléty déplore le fait que les maisons situées dans plusieurs quartiers de Cotonou ne disposent pas de toilettes. Elle a cité en exemple Ladji, les ménages installés le long de la lagune et du lac Nokoué, où la défécation à l’air libre est pratiquée faute d’ouvrages d’assainissement.

Sur la gestion des toilettes au Bénin, Léa Tchédji, spécialiste dans le domaine de l’assainissement à la SGDS, a fait savoir que le rôle de sa structure qui est en aval du système de gestion des toilettes au Bénin, revient à bien gérer les boues de vidange selon le cadre institutionnel, et dans les normes requises.

Elle demande à la population de disposer de latrines pour leurs besoins, l’impact négatif des toilettes mal entretenues sur l’environnement étant un danger pour la santé. Mme Tchédji a cité en exemple la nuisance liée aux affections respiratoires.

L’état des toilettes n’étant pas reluisant dans les ménages, les administrations, les écoles et autres lieux publics, les experts panelistes ont lancé un appel aux collectivités locales notamment, pour l’installation des toilettes appropriées, en vue d’un cadre de vie sain. «L’absence des toilettes a des impacts économiques, social, sanitaire, environnement sur les populations, et le Bénin perd sur le plan économique,52 milliards F CFA par an, pour manque d’infrastructures d’hygiène et d’assainissement» a affirmé M. ADEGNIKA.

En matière de santé, poursuit l’expert membre du CANEA, 700 mille enfants de moins de cinq ans meurent chaque année dans le monde, pour manque d’hygiène et assainissement. Il a lancé un appel aux populations, leur demandant d’arrêter la défécation à l’air libre, les toilettes n’étant plus un luxe, mais une obligation pour la santé, le développement et l’amélioration du cadre de vie.

Isidore ATINDEYETIN