Formations en soins de santé primaire : Pari gagné pour la PSSP et l’Université d’Ottawa

Démarrée le lundi 21 novembre 2022, à l’hôtel KTA de Cotonou, la formation en soins de santé primaires axée sur les maladies transmissibles au Bénin et l’éthique clinique a connu son épilogue ce vendredi 25 novembre 2022. À la fin, les participants ont exprimé leurs impressions sur le déroulement de ladite formation.

« Pour moi, c’était une expérience magnifique », a confié Benoît Agossoukpe, médecin et participant à cette formation de cinq jours. Une formation qui lui paraissait longue au début, mais qui est passée très vite. Pour lui, il n’y a que la qualité du savoir partagé, la convivialité dans les échanges qui leur ont permis d’apprendre de nouvelles connaissances et d’acquérir de nouvelles aptitudes, à dupliquer dans leurs formations sanitaires.

Un engagement que chaque participant a d’ailleurs pris. « Quand nous serons de retour, nous allons essayer d’élaborer de petits projets pour renforcer les connaissances de nos confrères et consœurs ; et aussi aller à la performance dans nos secteurs différents, dans nos formations sanitaires », a-t-il promis aux formateurs. Une raison de plus pour ne pas manquer de remercier aussi bien les organisateurs que les formateurs. « Nous vous exposons notre gratitude pour le temps passé avec nous, votre disponibilité, le partage de votre savoir, de votre connaissance qui vont vraiment nous aider et qui vont vraiment faire bouger beaucoup de choses dans nos différentes structures. Que Dieu vous bénisse », a confié la Sœur Solange Houinato, médecin pédiatre, au nom de tous les participants.

Quant au contenu de la formation dispensée, Honed Avahoundje, médecin généraliste s’en réjouit et reste convaincu du travail à faire par la suite. « Ce que je retiens, c’est qu’il y a eu beaucoup de thèmes et on a vu que, face à nos réalités, nous avons encore beaucoup de choses à faire. Nous devons améliorer nos pratiques dans nos structures sanitaires. Il y a beaucoup d’autres choses qu’on a eu à apprendre au cours de cette formation », a-t-il fait comprendre.

L’après formation

Une chose est d’être formée certes, mais une autre est de s’en servir. Là-dessus, les formateurs et les organisateurs n’ont cessé d’insister sur cette réalité. Les participants eux-aussi n’ont pas manqué de s’y engager. C’est pourquoi Jean Roy, le responsable du projet a tenu à les remercier pour leur active participation. « On est ouvert à vos suggestions et recommandations. À moyen et long termes, c’est de vous former comme formateurs », a-t-il laissé entendre.

Une bonne nouvelle que confirme Pascal Fafeh, Secrétaire Exécutif de la PSSP. Appréciant l’assiduité des participants pendant l’ESS cinq jours de travail, il a invité les impétrants, au retour dans les formations sanitaires, à faire un effort pour mettre en pratique les retombées de cette formation, et mettre en exécution leur plan d’amélioration de la qualité. De plus, cette formation ne va pas s’arrêter là. « Il y aura la formation des formateurs. Et c’est justement parmi vous, pour qu’on puisse avoir des équipes mixtes, constituées des Canadiens et des Béninois », a confirmé le Secrétaire Exécutif. Le représentant de la PSSP n’a pas manqué de remercier les formateurs pour la collaboration et la qualité de la formation, mais également les participants pour la volonté d’améliorer leurs pratiques. « Nous sommes toujours prêts à continuer dans la lancée avec ce projet, pour qu’on arrive à un état de changement total du secteur de la santé pour le bonheur des populations », a martelé Pascal Fafeh à l’endroit de l’équipe canadienne.

Faut-il le rappeler, les participants (médecins, infirmiers, sages-femmes) ont essentiellement été formés sur la prévention des infections ; l’antibioprophylaxie ; l’hépatite B ; les meilleures stratégies d’intervention pour réduire les infections chirurgicales ; la résistance aux antimicrobiens ; le professionnalisme et collaboration interprofessionnelle. Ces différentes thématiques ont été animées par des professionnels de la santé, venus du Canada. Il s’agit de Dr Jean Roy, Dre Marie-Hélène Chomienne, Muleka Ngenda, et Maud Mediell. À noter que les participants sont repartis avec des attestations de participation, heureux et engagés.

Arsène AZIZAHO

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :