Publié le: 15 mai 2023 Par: Journal Santé Environnement Commentaire: 0

(Une quinzaine de participants membres du club nature et sport du CEG Azowlissè aguerri sur la protection de la biodiversité).

Dans le cadre de la mise en œuvre du projet de promotion du football féminin pour la protection de l’environnement au Sud du Bénin, l’ONG ODDB s’est résolument engagée à faire des élèves filles de véritables activistes pour la cause de la protection de la biodiversité. C’est la raison d’être de la séance d’éducation environnementale animée dans l’après-midi du vendredi 17 février 2023 au profit des élèves filles membres du club nature et sport du CEG Azowlissè dans la commune d’Adjohoun.

Animée par Alfred OGA, l’animateur du projet en présence de Célestine BOKO, prof d’EPS et encadreur des classes sportives du collège, la séance a permis de dérouler la leçon numéro 1 au profit des participantes. Vidéoprojecteur à l’appui, des images sont projetées contre le tableau pour mieux expliquer les notions de la biodiversité. Toutes en tenue de sport, mais loin du terrain de sport et disposées sur les tables et bancs de l’une des salles de classe Terminale D du CEG, les élèves filles présentes se sont montrées assidues et intéressées par les enseignements sur la biodiversité et son importance avec des exemples concrets.

La biodiversité, dans un  »français facile » comme on peut le dire, leur a été définie comme étant  » l’ensemble des êtres vivants qui vivent, qui respirent, grandissent et meurent ». Elle est importante pour la vie de l’homme sur terre car d’elle nous avons : les fruits, légumes, poissons et viande pour l’alimentation ; la médecine pour la santé ; les bois pour les meubles, la construction des maisons, la fabrication de charbon, le fagot pour la cuisine ; l’air et l’ombrage pour le climat pour ne citer que ces éléments d’importance de la biodiversité.

Les espèces animales menacées par l’action de l’homme leur sont également citées images à l’appui telles que les tortues, pangolins, éléphants et les chouettes. Un accent particulier a été mis sur le singe à ventre roux qui est une espèce endémique au Bénin, Togo et une partie du Nigéria. La leçon a pris fin par les actions qu’il importe de mener pour protéger la biodiversité à savoir les sensibilisations, le fait d’éviter les feux de brousse, éviter de couper anarchiquement les arbres dans la forêt et éviter de tuer les insectes qui servent d’alimentation pour les singes dans la forêt et la promotion du reboisement et du tourisme. Prenant la parole, la prof d’EPS, en guise de message à l’endroit des participantes les exhorte à tailler d’importance aux notions reçues qui leur sont par ailleurs d’importance capitale pour les cours d’SVT et de culture générale.

Ajoutons pour finir que dans la matinée de ce même vendredi, la même séance a eu lieu au profit des élèves filles membres du club nature et sport du CEG Démè, toujours dans la commune d’Adjohoun. L’un des objectifs spécifiques du projet est de former dans les deux communes d’intervention (Bonou et Adjohoun) un total de 200 filles membre des clubs nature et sport à la pratique du football féminin et à l’éducation environnementale. Tout ceci converge vers l’objectif global visé qui est de renforcer la conservation de la biodiversité et d’atténuer les impacts du changement climatique par la promotion du football féminin.

Didier AHOUANDJINOU