Publié le: 8 juillet 2022 Par: Journal Santé Environnement Commentaire: 0

Une centaine d’acteurs intervenant dans le domaine de la gestion des déchets, venus du Togo, de la République démocratique du Congo, du Burkina Faso, du Niger, de Guinée Conakry, du Tchad et bien entendu du Bénin, ont pris part du lundi 27 juin au vendredi 1er juillet, à Abomey-Calavi, à un atelier régional du Cadre des gestionnaires des déchets de l’Afrique (CAGEDEA), sur le renforcement des capacités des décideurs et OSC, sur la gestion des déchets.


A cette rencontre régionale soigneusement organisée au Bénin par le Directeur exécutif de VADID-Ong, Isidore Hèdokingbé, et Serge Bènaki Dèhoumon de l’Ong Jeunesse sans souci (JSS), gestionnaires des déchets et décideurs venus de plusieurs horizons du continent africain ont convenu de la nécessité pour leurs Etats membres, de mettre en place un « Fonds africain pour l’assainissement ».
« Je vous demande de faire des plaidoyers dans vos différents pays, auprès de vos gouvernements respectifs, pour la mise en place les mois à venir, d’un fonds africain d’assainissement, au regard des enjeux liés aux effets néfastes du climat », a expressément demandé le président du CAGEDEA, Sory Camara, aux différentes délégations.
Pour mieux cerner la problématique de l’assainissement, le M. Camara préconise la mise en valeur des questions de justice liées à l’environnement, les projets écologiques et naturels que les différents acteurs élaborent dans leurs pays.
Dans son programme, le CAGEDEA s’est donné comme challenges, la spécialisation des acteurs africains sur les questions de l’assainissement, du métier vert, le plaidoyer afin que les différents gouvernements se basent sur les solutions locales pour pouvoir régler les questions d’insalubrité dans leurs pays, promouvoir la création de l’emploi à travers les expertises et les initiatives locales, et faire en sorte que la gouvernance et la redevabilité deviennent une réalité en Afrique, dans les programmes d’assainissement.
Etant donné que les problématiques sur lesquelles intervient le CAGEDEA reposent de façon globale sur les questions de stratégies de limitation de lois dans le secteur de l’assainissement, Sory Camara a notifié que le creuset panafricain de gestion des déchets intervient dans le cadre des innovations, le renforcement de capacités, le développement des métiers verts et de l’assainissement, la création des activités de revenus à travers les filières rentables.
A cette même occasion, le Directeur exécutif de VADID (Volontaires d’action pour le développement intégré et durable), Ong spécialisée dans la gestion des déchets au Bénin, a été désigné coordonateur Bureau Bénin et Afrique de l’Ouest du CAGEDEA. Isidore Hèdokingbé dit compter sur le dynamisme de son équipe, la volonté, les compétences dans la sous région, pour réussir la mission à lui confiée.
Le coordonnateur Afrique de l’Ouest du CADRE compte faire sans plus attendre, un état des lieux pour savoir quels sont les acteurs qui interviennent dans le secteur de la gestion des déchets au Bénin et dans la sous région, unir les forces et rassembler les dispositions légales en la matière, afin de savoir comment travailler.
Créé en 2019, le CAGEDEA compte présentement 34 pays membres sur 54. Le creuset panafricain attend des autorités de chaque pays membre, une bonne collaboration des collectivités locales, des institutions en charge du programme de l’environnement et de l’assainissement, pour mutualiser les efforts et travailler en synergie d’action.
D’où l’appel aux autorités africaines, de coopérer avec les membres du CAGEDEA, pour accompagner les efforts des gouvernements ; et plus particulièrement au niveau de L’Afrique de l’Ouest où les questions de l’assainissement restent encore très préoccupantes.
Rappelons que cette rencontre régionale des pays membres du CAGEDEA sur la question de l’assainissement a reçu l’appui technique et financier de la Banque Mondiale, l’Agence française de développement (AFD) et le Centre d’excellence d’Afrique pour l’eau et l’assainissement.

Leave a Comment